Histoire de la ville

Listoir nout vil

C’est l’histoire d’une petite commune ...

Esquisse du blason de la ville du Port

C’est l’histoire d’une petite commune, fille de la mer et du port, porte de l’île de La Réunion au cœur de l’océan Indien : la ville du Port.

A sa naissance, le 22 avril 1895, elle est baptisée “Le Port”. Quoi de plus naturel puisque le port de commerce, baptisé “port de la Pointe des Galets”, existe là depuis déjà dix ans et que c’est lui qui “enfante” la ville ?

L’histoire commence à la pointe nord-ouest de l’île quand ceux que l’on appelle les “pionniers du désert” démarrent en 1879 l’immense chantier de construction du port de commerce et du chemin de fer, chantier qui durera sept ans et qui emploiera plus de 8000 ouvriers. Au fur et à mesure, ces ouvriers s’installent autour du chantier, sur une plaine aride et couverte de galets… Une ville est en train de naître.

Si la ville du Port existe aujourd’hui, c’est bien parce qu’un port a été construit là. D’ailleurs, lorsque l’on dit la ville du Port, cela ne signifie-t-il pas aussi la ville qui appartient au port ?

Moin nana in Péi ! Kosa sa i vé dir ? Sa i vé dir, ou lépa tousèl dann Port !

Avant la ville, il y eut le port ...

Voilier au Port entre 1900 et 1950 - Source ADR

Avant la ville, il y eut le port. Avant les maisons, il y eut les docks et ce sont les dockers et ceux que l’on appelait les « pionniers du désert », ancêtres des Portois, qui ont donné naissance à la cité.

Sur la trace des pionniers du désert.

Forgerons, tailleurs de pierres, maçons, manoeuvres, chaudronniers, charpentiers (etc.), les « pionniers du désert » travaillent sur le chantier de construction du port de commerce et du chemin de fer et sont les premiers hommes à habiter la plaine aride et désertique de la Pointe des Galets. Ce vaste chantier démarré en 1879 durera sept ans et emploiera plus de 8000 personnes, des Réunionnais venant des quatre coins de l’île mais aussi des Indiens, des Malgaches, des Egyptiens, des "Somalis"… Ils creusent les bassins, construisent les jetées avec la grue Titan, travaillant sans relâche même la nuit. Ils sont nombreux à perdre la vie sur ce chantier gigantesque.

L'histoire ingrate ne retiendra que les noms des techniciens et ingénieurs du chantier ; les ouvriers qui ont creusé et bâti le port avec un courage exemplaire et malgré des conditions de travail particulièrement pénibles sont eux, voués à l’anonymat et à l’oubli. La tradition orale accomplira cependant son œuvre de mémoire, baptisant ces ouvriers de « pionniers du désert ».

Les « pionniers du désert » s’installent donc sur place dans des paillotes et des baraquements sommaires. Artisans de la naissance d'une ville, ils seront aussi à l'avant garde de l'évolution sociale de l'île et marqueront l'éveil du syndicalisme réunionnais.

Un petit triangle de terre au nord-ouest de l’île s’avance vers l'océan. L'horizon lointain a envoyé ses navires vers la "Pointe des Galets" rejoindre l’île de La Réunion. On aborde de grands bassins : le port de commerce vient d'être inauguré. En toile de fond, la silhouette de la montagne dessine le cadre d'un tableau où de petites cases fourmillent au premier plan, "maisonnettes primitives et grossières cahutes en paille".

Avant le port, il n'y avait rien ...

La Gare du Port entre 1903 et 1950 - source ADR

Terre battue, tannée par le soleil, oubliée par la pluie, où poussent les galets plutôt que la verdure… Depuis 1879, un vaste chantier apporte la vie sur la plaine désertique de la Pointe des Galets.

Ce chantier se compose de deux parties : le creusement du port de commerce et la construction du chemin de fer. Les ouvriers, surnommés les « pionniers du désert », s’installent autour du chantier.

Le port donne naissance à la ville.

Créée le 22 avril 1895, la commune du Port est l’une des plus jeunes de l’île de La Réunion. Elle est aussi la plus petite puisque sa superficie se résume en tout et pour tout à 1660 hectares. C’est pourtant sur ce minuscule territoire communal que sont implantées les deux seules unités portuaires de commerce de l’île : à l’ouest le port historique de la Pointe des Galets, à l’est le nouveau port.

14 février 1886 • Le port de commerce de la Pointe des Galets est inauguré à l’issue d’un chantier de sept ans qui a attiré de nombreux ouvriers venus de toute l’île mais aussi de la zone océan Indien. Au fur et à mesure, ces ouvriers s’établissent sur place dans des conditions de vie très sommaires. Une ville est en train de naître…

22 avril 1895 • La Pointe des Galets, jusque-là rattachée administrativement à la commune de La Possession, est érigée en commune à part entière et se nomme « Le Port ». La commune compte alors un peu plus de 2000 habitants. Dès sa création et durant plusieurs décennies, la Ville du Port se trouve confrontée à d’importants défis : manque d’eau, habitat très précaire (en 1954, 80% des logements sont sans eau courante), aridité, absence d’équipements divers… Au début des années 70, encore 56% des logements sont sans eau ni électricité.

« Dock, dock, dock, refuge de mon âme rebelle »…

Voie de chemin de fer entre 1965-1970

Dockers, cheminots, ouvriers… Dès les premières heures de son histoire, la population portoise se caractérise par une classe ouvrière prédominante. Le port de la Pointe des Galets et ses activités attirent une main d’œuvre abondante des quatre coins de l’île et génèrent des petits boulots qui se greffent autour.

Les conditions sont réunies pour qu’apparaisse et perdure une tradition militante qui se nourrira de luttes ouvrières et populaires souvent marquées par de violentes répressions. Cette tradition militante renforcée par des contacts réguliers avec des marins qui véhiculent des idées progressistes (et qui, pour la petite histoire, contribuent par ailleurs à populariser la pratique de la pétanque) tisse des liens forts de solidarité au sein de la population portoise et marque l’éveil d’une conscience syndicale et politique particulièrement puissante.

La ville du Port devient le berceau du syndicalisme réunionnais et voit naître de nombreuses organisations syndicales. A travers la résistance face à la répression, des relations privilégiées entre le monde syndicaliste et les forces progressistes de La Réunion se tissent tout naturellement. Par leur détermination et leur combativité, les syndicalistes et les progressistes seront les principaux artisans des avancées sociales et démocratiques que connaîtra La Réunion.

C’est effectivement au Port, en 1902, que se crée le Syndicat professionnel des travailleurs du CPR (Chemin de fer et Port de La Réunion). En 1912 apparaît l’Union radicale socialiste des employés et ouvriers du CPR. Mais c’est en 1936 que l’histoire du syndicalisme réunionnais connaît une avancée décisive. Pas moins de trois syndicats importants voient le jour au Port (le Syndicat général du CPR, le Syndicat des dockers, la Fédération réunionnaise du travail qui regroupe 4000 syndiqués) et de grands mouvements de grève sont menés au cours de cette année marquée en France par le Front populaire et les accords de Matignon.

Le cœur de la ville bat sur les docks …

Construction lotissement SIDR rue de la Martinique en 1965

« De nombreuses et coquettes constructions se sont élevées de toutes parts, l’activité règne partout et le nombre de maisons de commerce, ou plutôt de magasins, boutiques et cafés - surtout les cafés ! - y est considérable… »

Cet extrait du “Petit journal” datant de 1898 décrit l’atmosphère qui règne dans la cité portuaire à l’époque.

C’est autour des bassins du port de la Pointe des Galets que la ville s’organise, se développe, qu’elle forge son identité : cité portuaire et ouvrière, berceau du syndicalisme réunionnais, véritable porte de l’île par où entrent et sortent les marchandises, les voyageurs et les traditions de lutte.

Le cœur de la ville, irrigué par le chemin de fer, bat sur les docks, dans l’allée des “grandes maisons”, autour de la gare et des trains, dans les magasins du CPR, au marché couvert, dans les boutiques…

La vie vient du port qui cristallise une dynamique sociale et culturelle unique dans l’île.

Mais cette époque haute en couleurs va bientôt vivre ses derniers jours.

Histoire d’une rupture …

Avenue du 14 juillet 1789 en 2006

Le port de la Pointe des Galets joue un rôle de premier plan dans la vie de l’île pendant un siècle… jusqu’en 1986 lorsque le nouveau port entre en service.

Déjà, depuis le début des années 60, les activités du port de la Pointe des Galets s’étiolent peu à peu notamment avec l’abandon du transport maritime de passagers supplanté par l’avènement des liaisons aériennes. En 1963, la disparition du chemin de fer marque une nouvelle étape vers le déclin et porte atteinte à la vie de la cité portuaire. Enfin, la construction du nouveau port à l’est du territoire communal accentue le déclin du port de la Pointe des Galets.

Désormais, une clôture s’élève entre la ville et son port historique. C’est la rupture.

Tous ces événements bouleversent l’organisation sociale et traditionnelle de la cité maritime. Une nouvelle logique économique s’impose accentuée par le transfert des activités de l’ancien vers le nouveau port.

La ville doit apprendre à vivre sans son espace portuaire historique.

2 décembre 1971 • Un plan d’urbanisme directeur est adopté par le nouveau conseil municipal. Ce document deviendra une véritable référence et marquera l’histoire de la cité maritime puisqu’il définit, secteur par secteur, les grandes orientations de la politique à mettre en œuvre et qu’il continue aujourd’hui d’influencer les décisions et le développement de la ville. Cinq priorités sont dégagées : changer le climat par la végétalisation, redonner aux Portois accès à la mer, bâtir une ville dans son ensemble de manière réfléchie et cohérente, définir un schéma de circulation simple et efficace, développer des zones d’activités en harmonie avec le milieu urbain.

24 janvier 1986 • Le nouveau port est inauguré le 24 janvier 1986 à l’issue d’un chantier de quatre ans, second plus grand chantier portuaire français des années 80. Troisième port français pour le volume de conteneurs traité, il affiche en 2007 un trafic de 224 873 EVP (Equivalent Vingt Pieds, unité de mesure des conteneurs). Il est notamment équipé de trois énormes portiques pour transborder les conteneurs et de 1020 m de quais.

La reconquête : toute la ville descend vers la mer ...

Le mail de l'Océan - Source : Herve Douris pour SBTPC

1er mars 2000 • Une charte, signée par l’Etat, la Région, le Département, la CCIR et la Ville, définit les conditions à réunir pour que le projet “Ville et port, la ville est port” aborde une phase opérationnelle.

L’objectif du programme “Ville et port” et des actions qu’il décline consiste tout d’abord à recréer des liens fonctionnels, économiques et affectifs entre la cité et l’espace dont elle est la légitime héritière : le port historique de la Pointe des Galets. Les exigences sociales et économiques qui prévalaient lorsque ce port a connu sa grande période de pleine exploitation (1886/1986) ne sont certes pas comparables à celles d'aujourd'hui. Cependant, le “réaménagement” du vieux port - patrimoine unique dans l’île - redonne toute sa signification au fonctionnement urbain de l’époque et permet à la ville, tout en renouant avec une logique initiale qui reposait sur une véritable osmose entre activités maritimes/portuaires et activités citadines, de poursuivre son développement économique, social et culturel.

Il s’agit, à travers ce programme, de redéfinir le fonctionnement de la cité maritime en créant, dans le vieux port, un pôle d’attraction et d’animation fort. La dynamique engagée autour de ce principe fondateur, permettra par ailleurs de renforcer l’identité du vieux quartier et de relier directement l’entrée de ville au vieux port, grâce à une avenue partant du rond-point de la Rose des Vents et traversant la ville d’Est en Ouest.

Ainsi la Ville du Port retrouvera-t-elle son âme en renouant avec ses origines.

Aujourd’hui, c’est un retour aux sources qui s’amorce. A l’image de nombreuses villes portuaires à travers le monde, la cité maritime s’inscrit donc dans une démarche générale de requalification des espaces portuaires qui s’accompagne d’une dimension de développement économique, social et culturel.

Le projet “Ville et port”, au-delà de son impact communal évident, verra son rayonnement s’étendre à toute l’île, mais aussi à la région océan Indien.

Vidéo