Historique

Marraine Réunionnaise, Parrain Brésilien
Akoz in médiatèk ?
Akoz Amado ? Akoz Benoite ?
Jorge Amado, le romancier de l'âme brésilienne - Source : Ville du port

Le 11 octobre 1990, il inaugure le chantier de construction de la médiathèque et laisse un message gravé dans la pierre. Elle est choisie pour donner son nom à l’équipement. Lui, c’est Jorge Amado. Elle, c’est Benoîte Boulard. Parrain brésilien pour l’ouverture au monde, marraine réunionnaise pour la reconnaissance de notre culture.

Une bibliothèque, une vidéothèque, une musithèque, une marmothèque… Médiatèk, tèk tèk…La médiathèque Benoîte Boulard, au cœur de la cité maritime est un espace de découverte et de communication, un lieu de recherche et de culture.

Conçue par l’équipe d’architectes Davy-Deroche, la médiathèque offre une capacité d’accueil de 725 personnes, sur 2800m2. Sa forme symbolique de bateau en fait un élément structurant de l’aménagement de la ville face aux volumes symétriques qui accueille les écoles des Beaux-Arts et d’Architecture, créant ainsi un véritable pôle de culture et d’animation.

A l'ouverture de la Médiathèque en 1993, 19 000 ouvrages étaient recensés, 90 000 prêts étaient effectués annuellement et 50 lecteurs étaient inscrits. Dans le cadre delà politique de proximité, une annexe était ouverte à la Rivière des Galets en Décembre 1995.

Aujourd’hui, la médiathèque compte 95 000 ouvrages tous types confondus, recense 245 000 prêts par an pour environ 5000 lecteurs.

Lorsque le 11 octobre 1990 Jorge Amado, accompagné de sa femme Zélia Gattai, pose la première pierre de ce qui deviendra la médiathèque Benoîte Boulard, c’est un grand moment d’émotion. Il délivre alors un message aux futurs utilisateurs de la médiathèque :

« Zélia et moi, nous sommes heureux d'être à la Réunion au moment où la municipalité du Port pose la première pierre de la bibliothèque médiathèque qui va servir à l'égalité, au progrés, à la démocratie, à la culture, à tout le peuple. »

Jorge Amado

Ce message a été gravé sur une tranche de galet installée auourd’hui devant la médiathèque, à coté de la stèle en « hommage aux Réunionnais qui n’ont jamais connu leur île ».

Qui mieux que Jorge Amado, dont l’œuvre réconcilie le peuple et la littérature, dont l’œuvre prône le métissage et constitue un engagement contre le racisme, la misère et l’oppression, qui mieux que lui pouvait donner à ce lieu de culture, d’échanges et d’éduction, une dimension populaire ?

Né au Brésil le 10 août 1912, Jorge Amado nous laisse une quarantaine de romans – dont le plus célèbre est Bahia de tous les saints – traduits dans près d’une cinquantaine de langues. A sa mort, le 6 août 2001, les hommages sont nombreux : « La littérature mondiale a perdu le romancier de l’âme brésilienne, sans doute l’écrivain le plus populaire du Brésil ».

Bahia de tout les saints - Gallimard, 1983.
L'invitation à Bahia - Messidor, 1989.
Navigation de cabotage - Gallimard, 1996.

Benoîte Boulard, Mamzel fam kouraz

Benoîte Boulard - Source Ville du Port

Le 19 décembre 1991, la médiathèque est baptisée « Benoîte Boulard ». Née le 13 décembre 1927, Benoîte travaille dès  16 ans comme femme de ménage. Malgré les épreuves de la vie, à 25 ans, elle décide de chanter « simplement pour le plaisir ».

1952 : 1er radio-crochet. Benoîte obtient la 2e place derrière « Trio Fadeuille » et devant Maxime Laope. Maxime et Benoîte d’associent dès le radio-crochet suivant et enlèvent le 1er prix avec « La rosée tombée ». Sur certains disques rares, Benoîte chante aussi avec André Aliqui, notamment « Rend z’anneau là Lisa ». Mais André Aliqui meurt alors qu’il rêvait de devenir le « Maxime Laope » de sa génération…

Dans les années 60/70, Benoîte, que la vie n’épargne pas, reste en retrait de la chanson. Elle effectue son retour en 1976, à 49 ans, grâce à Michel Letellier, directeur du Centre Réunionnais Action Culturelle, qui demande à Jacky Lechat d’écrire un duo pour elle et Maxime. C’est ainsi que naît « Not bon vié temps ». Oté Benoîte, oté Maxime…

Après avoir vécu plus que modestement, Benoîte meurt à 58 ans le 13 janvier 1985 « des suites d’une longue maladie qu’elle avait cachée » précise un journaliste.

Le patrimoine de La Réunion a besoin de retrouver toute sa dimension et son authenticité. La médiathèque du Port s’inscrit dans cette démarche là.

Quelques titres du répertoire de Benoîte Boulard

Le p’tit négro, Séga-piqué, P’tit caf’ sept peaux, Séga tabouret, Quartier déboulis, Belle mère mèle pas, Antonia rouv’ ton café, L’autorail larrivé, Carrousel de bois, Un jour ma gagne malheur, Madina, La rosée tombée, Not bon vié temps…